Introduction

Une panoplie d’activités de stimulation qui ont pour objectif de prévenir les difficultés de lecture et d’écriture chez les jeunes est disponible. Il peut s’avérer parfois difficile de faire son choix. Néanmoins, on retrouve dans les écrits scientifiques des principes généraux et des études d’efficacité d’activités spécifiques permettant aux intervenants de prendre des décisions éclairées.

Les principes généraux

Certains principes permettent d’optimiser l’efficacité des activités de stimulation qui préviennent les difficultés de lecture et d’écriture (Justice et Kaderavek, 2004; Kaderavek et Justice, 2004).

Tout d’abord, les activités doivent viser le développement des précurseurs qui prédisent la réussite en lecture et en écriture. Ces précurseurs se regroupent habituellement en 3 catégories :

  1. Les précurseurs affectifs centrés sur le plaisir éprouvé face à l’écrit, qui permettent d’établir la base de la motivation et l’intérêt à apprendre à lire et à écrire.
  2. Les précurseurs donnant accès au code écrit comprennent à la fois la conscience de l’écrit, la conscience phonologique et le principe alphabétique. La conscience de l’écrit réfère aux concepts reliés à la fonction de l’écrit (p. ex : l’écrit véhicule un message), aux conventions de l’écrit (p.ex. : on lit de gauche à droite) et aux formes de l’écrit (p.ex. : la connaissance du nom et de la forme des lettres de l’alphabet). La conscience phonologique réfère à la sensibilité et à la capacité de manipuler les unités sonores qui composent les mots comme les rimes, les syllabes et les sons. Le principe alphabétique réfère aux correspondances entre les lettres de l’alphabet et les sons du langage.
  3. Les précurseurs langagiers, qui sont à la base de la compréhension en lecture et de la production de textes écrits, comprennent la connaissance du vocabulaire, de la morphologie, de la syntaxe et des types de discours propres à l’écrit ainsi que les habiletés à faire des inférences.


Il est recommandé que les activités de stimulation proposées visent tous les précurseurs et non seulement l’un d’entre eux, et ce de façon intensive et prolongée. L’enseignement de ces  habiletés préalables doit se faire de façon explicite auprès des élèves. Pour ce faire, l’une des méthodes les plus souvent utilisées consiste à offrir un modèle adulte en pensant à voix haute, de façon à mettre en lumière les concepts importants. Bien sûr, il est essentiel de fournir des enseignements appropriés au niveau développemental des jeunes en proposant des tâches accessibles. L’application des principes de l’enseignement stratégique permet d’accompagner l’élève dans son apprentissage et de s’assurer de cette accessibilité. L’enseignement stratégique mise sur l’importance de fournir des modèles appropriés et d’offrir les supports nécessaires avant de demander à l’élève de démontrer une pratique autonome.

Finalement, il demeure primordial que les activités de stimulation planifiées soient significatives pour l’élève, c’est-à-dire, qu’elles se déroulent dans un cadre motivant et naturellement lié à l’écrit. La collaboration entre les divers milieux de vie des jeunes peut grandement faciliter la mise en place d’activités significatives pour eux.

Les activités reconnues efficaces

Parmi les activités de stimulation existantes, l’efficacité des activités suivantes pour favoriser le développement des précurseurs à la lecture et à l’écriture a été démontrée par des études scientifiques (Justice et Pullen, 2003; Lutz, 1986, Graham, Harris et Larsen, 2001).

1) La lecture d’histoires
L’interaction entre un adulte et des jeunes lors de la narration d’un livre d’histoire est reconnue pour stimuler les précurseurs affectifs et langagiers de l’écrit. Pour optimiser son  efficacité, il est recommandé de relire la même histoire plusieurs fois. Les interactions informelles entre le lecteur adulte et les jeunes sont aussi fortement encouragées. Les sessions de lecture d’histoire offrent également à l’adulte l’occasion de faire des interruptions pendant lesquelles il peut enseigner explicitement les précurseurs donnant accès au code écrit.

2) L’aménagement de coins thématiques
Dans la majorité des classes, les élèves ont accès à des coins thématiques. L’ajout de matériel relié à l’écrit tel que du papier, des crayons, des revues et des circulaires dans ces espaces dédiés permet aux enfants d’intégrer des comportements de lecteurs et de scripteurs dans leurs jeux de rôle. Cela favorise les précurseurs affectifs ainsi que ceux donnant accès au code de l’écrit. La médiation d’un adulte qui offre aux jeunes des modèles de comportements reliés à l’écrit optimise l’effet de ces aménagements.

3) Les programmes structurés de conscience phonologique
De multiples programmes structurés de stimulation de la conscience phonologique ont vu le jour depuis les dernières années. Plusieurs de ces programmes sont reconnus efficaces pour stimuler les précurseurs donnant accès au code écrit. Afin de s’assurer de l’efficacité de ces programmes, il importe qu’ils soient adaptés au niveau développemental des enfants. Également, ils doivent inclure, au niveau de la maternelle, le développement des habiletés de fusion et de segmentation des sons du langage (phonèmes), et non seulement d’unités plus larges comme la syllabe ou la rime. De plus, les activités de conscience phonologiques deviennent plus efficaces si elles sont précédées d’activités favorisant le développement du vocabulaire. Finalement, l’association entre les sons et les lettres de l’alphabet aide les programmes de conscience phonologique à mieux prévenir les difficultés de lecture et d’écriture.

4) Les exercices d’écriture des lettres
Les exercices d’écriture des lettres permettent de faciliter l’apprentissage de l’écriture de mots et de textes. En effet, cet apprentissage exige à l’enfant de retrouver les lettres dans sa mémoire et de les écrire correctement, et ce, de façon automatique. Ces exercices touchent donc les précurseurs donnant accès au code écrit. Pour que ces exercices soient efficaces pour prévenir les difficultés en écriture, ils doivent suivre les principes de l’enseignement stratégique, selon lesquels les enfants ont d’abord accès à des modèles, pour ensuite produire de façon autonome, sans modèle, les lettres de l’alphabet qu’ils connaissent. Afin d’aider les élèves à automatiser l’écriture des lettres, les recherches récentes suggèrent des activités fréquentes d’écriture de toutes les lettres de l’alphabet.

5) L’orthographe approchée
L’orthographe approchée consiste à laisser les élèves écrire des mots librement, sans recevoir de correction négative. Cette approche amène l’enseignant à encourager toute tentative d’écriture, tout en insistant sur l’utilisation de stratégies adéquates (p.ex. : utiliser des lettres, écrire de gauche à droite, tenter d’écrire au son). Ce type d’activité permet de renforcer les précurseurs donnant accès au code écrit ainsi que les précurseurs affectifs en lien avec l’acte d’écrire. Ce genre d’activité est surtout recommandé au niveau préscolaire et au tout début de l’apprentissage formel de l’écrit. Toutefois, lorsque l’apprentissage formel est bien amorcé ou que la motivation à écrire est bien établie, il devient important de fournir une correction immédiate. En effet, les élèves apprennent très rapidement et de façon implicite l’orthographe des mots. Si on ne leur fournit pas rapidement le modèle adéquat, ils sont à risque de mémoriser leurs erreurs.

 

Références

Justice, L. M., & Kaderavek, J. (2004). Embedded-explicit emergent literacy I: Background and description of approach. Language, Speech, and Hearing Services in Schools, 35, 201-211.

Justice, L. M., & Pullen, P. C. (2003). Promising Interventions for Promoting Emergent Literacy Skills: Three Evidence-Based Approaches. Topics in Early Childhood Special Education, 23(3), 99-113.

Kaderavek, J., & Justice, L. M. (2004). Embedded-explicit emergent literacy II: Goal selection and implementation in the early childhood classroom. Language, Speech, and Hearing Services in Schools, 25, 212-228.

Lutz, E. (1986). Invented Spelling and Spelling Development. ERIC Digest. ERIC Clearinghouse on Reading and Communication Skills.

Graham, S., Harris, K. H., & Larsen., L. (2001). Prevention & Intervention of Writing Difficulties for Students with Learning Disabilities, Learning Disabilities Research & Practice, 16 (2), 74-84.